SUR LA LOIRE

Rassembler et naviguer sur des bateaux traditionnels.

L'association

Jeanne Camille est une association de loi 1901 créée en 1996 à la suite de la remise par le Parc Naturel Régional Loire Anjou Touraine d’une coque de futreau de 9,20m. Une fois restauré par les premiers bénévoles de l’association et complètement gréé, le bateau a été inauguré en présence de sa marraine, Madame Jeanne Fraysse. Jeanne et Camille Fraysse étaient des historiens amateurs thoureillais touchant notamment le sujet de la batellerie de Loire : c’est en leur honneur que les membres fondateurs ont décidé de nommer l’association « Jeanne Camille ». Depuis, l’association a fait construire en 2006 une toue sablière de 11m, gréée en accéléré, c’est-à-dire une grand voile avec un hunier : la Dame Jeanne. En 2016 l’association a fait l’acquisition d’un bateau emblématique, un chaland de type pillard de Vienne de16m de long, 21m hors tout: le Val de Vienne.

Le bureau

Président : Pierre Alexandre Lequeux
Pierre Glotin, Lionel Caisso, Laurent Corvaisier, Manuella Pineau, Jean-François Couturier, Ben vandmme, Marie Blondeau et Guy Sancey

Les activités

• La navigation pour ses adhérents, ainsi que leur formation
• L’organisation d’une fête annuelle, plus connue sous le nom de « Fête du Thoureil »
• La construction et l’entretien des bateaux de l’association, et ceux de ses membres, participant ainsi à la conservation et la transmission de savoir-faire (charpente de marine, matelotage, voilerie, ferronnerie…)

Jeanne Camille contribue à la vie patrimoniale ligérienne : participation à d’autres fêtes de Loire (Orléans, la Possonnière, Chinon, Bréhémont…), contribution à l’inscription au Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO de la Vallée de la Loire, contribution à la labellisation du Thoureil en tant que petite cité de caractère.

Restauration du Val de Vienne

Ce chaland typique de la région a aujourd’hui besoin de travaux importants pour pouvoir assurer son étanchéité et ainsi pouvoir naviguer à nouveau le long de la Loire.

Actuellement, le bas de la coque du chaland est très endommagé et nécessite une refonte totale pour assurer son étanchéité. L’option retenue est celle d’un sabot étanche en acier soudé. Le premier bordé inférieur sera remplacé par ce sabot et le second sera plaqué sur cette nouvelle structure. Les 3e et 4e demeureront en l’état. Ainsi la coque hors de l’eau sera entièrement constituée en bois et gardera une apparence traditionnelle.

A l’intérieur du bateau, une remise en état avec pose de plancher est indispensable. Toute la structure bois (couple et râble) sera maintenue dans son aspect initial. Il est également prévu d’étanchéifier la cabane. Enfin une motorisation adaptée sera posée sur un tableau arrière surélevé. Le gréement sera revu à sa hauteur initiale (mât de18m) et une nouvelle voile sera confectionnée.

Pour mener ce chantier à bien, des outils spécifiques de soutènement du bateau devront être conçus sur mesure pour permettre la mise en place du sabot sous la coque évidée.

Pour nous trouver